Mac Mini M1

Ça y est les mecs, j’ai reçu l’écran de mon nouveau Mac mini M1, et je suis en train de le tester, ce qui me donne également l’occasion de découvrir macOS Big Sur, qui n’était pas compatible avec mon vieil iMac 2012.

Dans notre épisode précédent, j’avais commencé par brancher le Mac mini à la télé, et tout avait l’air nickel ! Puis une fois la configuration de base terminée, je l’avais branché à mon iMac en mode Target Display pour que l’iMac fasse office d’écran externe et… c’est là que j’ai appris que pour cette opération, il fallait que l’iMac fonctionne sous macOS High Sierra maximum. Au lieu de rétrograder le système, j’avais donc essayé de brancher le Mac mini M1 à un vieil écran qui fonctionne, mais il ne le reconnaissait pas. Alors j’avais donc fini par renvoyer à Apple le câble et l’adaptateur pour les branchements en Target Display, et commandé un nouvel écran chez Amazon. Et je vais mettre en vente mon vieil écran.

J’ai reçu l’écran hier soir, un petit moniteur Samsung 4K à 200 euros (le Samsung U28E570DS), et la première chose qui saute aux yeux, c’est qu’en 8 ans, les moniteurs premiers prix sont toujours aussi pourris. Rien à voir avec le moniteur de l’iMac 2012. Je vais donc le renvoyer à Amazon, et j’en ai commandé un plus cher et un peu plus évolué. Dès que je tombe sur un écran correct, j’en fais la pub dans ce blog.

La prise audio du Mac mini M1 est apparemment une Jack analogique, donc impossible d’y brancher mon système d’enceintes avec cable Jack numérique. Il va falloir que je trouve le câble analogique approprié pour un système d’enceintes 6 canaux, afin de bénéficier d’un son de moins bonne qualité… En attendant, j’écoute ma musique sur mon vieil iMac.

Voilà pour les connexions, le reste étant très basique et ne posant aucun problème. Pour ce qui est du processeur, il est réellement rapide. Je peux enfin travailler avec Affinity Publisher dans de bonnes conditions, au lieu de m’arrêter toutes les cinq minutes pour regarder tourner la roue arc-en-ciel. Je vais également pouvoir reprendre la programmation sur Xcode pour ces mêmes raisons. Bon, comme d’habitude en informatique, rapide est un mot très relatif, mais il est évident qu’on travaille dans de bien meilleures conditions.

Au niveau du système, cette fois, je n’ai pas restauré de sauvegarde Time Machine. Je suis juste en train de copier les documents de mon iMac sur mon nouveau Mac mini pour garder la configuration la plus clean possible et limiter les ralentissements éventuels, afin de repartir sur de bonnes bases. J’ai naturellement un nouveau disque Time Machine qui enregistre régulièrement mon Mac mini, et c’est ce disque que j’utiliserai pour restaurer mes paramètres et mes documents… sur mon nouvel iMac M1 que je ne manquerai pas d’acheter dès qu’il existera (parce que naturellement, je ne vais pas en rester là).

La suite dans un prochain article, avec plus d’infos sur macOS Big Sur !

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.