Commander sur Amazon

J’arrive toujours pas à croire qu’on essaie de vous inciter à attendre un peu pour aller acheter dans un commerce, au lieu de commander ce que vous voulez tout de suite sur Amazon ou un autre site marchand… Après, c’est normal, je viens d’une époque où les commerçants étaient à éviter comme la peste, à cause de leur accueil de merde bien sûr (quand on foutait les pieds dans un magasin, on avait souvent l’impression de les déranger), mais principalement à cause du problème des retours.

Personnellement, je suis client Amazon depuis ses débuts. Et avant ça, étant fan de comics dans une ville où il n’y avait aucun magasin spécialisé, j’avais pris l’habitude de commander des colis de comics par correspondance depuis que j’étais en âge de faire des chèques. Je continue d’être client Amazon à ce jour et j’en suis personnellement très satisfait.

Quand vous commandez un livre, il n’y a pratiquement aucun frais de port. En fait, les frais de port ont été fixés à 1 centime pour contourner une loi sur l’interdiction de la décote de 5% sur les livres vendus en ligne. Le site est convivial, et une fois qu’on a créé et paramétré son compte, passer une commande est la simplicité même.

Mais le plus important, ce sont les retours. J’ai par exemple reçu hier mon Swamp Thing Absolute Edition Volume 2. Alors avant de poursuivre, un mot sur les DC Absolute Edition pour tous les fans de comics qui me lisent (et je sais qu’il y en aura). Un DC Absolute Edition commandé par correspondance, c’est vendu dans un carton de protection estampillé DC. Si vous en recevez un sans le carton de protection estampillé, retournez-le. Fin de l’aparté. Quand j’ai reçu le colis donc, je me suis aperçu que l’un des angles avait été littéralement écrasé. Même le carton estampillé n’avait apparemment pas réussi à amortir l’impact (et le colis était aussi mal protégé que d’habitude. Ils s’en foutent un peu chez Amazon). Le livre à l’intérieur était un peu écrasé aussi, mais il m’aurait été difficile de m’en apercevoir si je l’avais acheté en librairie. Un peu agacé, j’ai donc procédé à un retour.

Et c’est là qu’on peut comparer le service de retours du mesquin de proximité au service de retour d’Amazon. Si vous ramenez un livre à votre libraire parce que vous avez découvert un défaut que vous n’aviez pas vu en l’achetant, le libraire va vous repérer dès que vous entrez dans le magasin, parce qu’il se rappelle bien que c’était vous qui lui avez acheté un bouquin super cher il n’y a pas longtemps. Il va immédiatement vous regarder de travers, parce que vous êtes maintenant devenu un problème et il le sent. Naturellement, tous les clients seront prioritaires sur vous parce qu’il est occupé, le libraire de proximité. Occupé à gagner de l’argent au lieu de vous rendre le vôtre et faire passer un livre dans les pertes. Ensuite, il va procéder au remboursement si vous avez bien votre ticket de caisse (parce que si vous ne l’avez plus, il ne se rappellera plus de vous). Et si le problème ne lui paraît pas très important, il va falloir discuter pour qu’il vous rembourse, ce qui ne sera pas le cas d’un vendeur en ligne, qui sera de toutes façons légalement obligé de tenir compte d’un délai de rétractation de 14 jours. Une fois votre retour accepté, vous aurez le plaisir de quitter le magasin, en ressentant un mélange diffus de honte et de culpabilité, et en vous demandant si vous n’avez pas finalement un peu exagéré.

Avec Amazon, aucun problème. Vous voulez rendre votre livre ? Cliquez sur Retourner un article, remplissez le formulaire, choisissez une option gratuite pour le retour, et renvoyez le colis. Si vous avez choisi un échange, le nouveau livre vous sera envoyé dès la validation de l’envoi du retour (et non pas dès sa réception), voire parfois avant. Et si vous avez dépassé le délai de 14 jours, contactez quand même le support client par acquis de conscience, on ne sait jamais, vous pourriez avoir une bonne surprise.

Alors naturellement, les libraires ne sont pas aussi caricaturaux. De nombreux libraires sont très sympas, très compréhensifs, et ne vous poseront aucun problème pour les retours. Et quand on commande chez Amazon, recevoir un livre protégé avec un peu de papier kraft dans un colis trop grand pour lui, pour finalement être obligé de le renvoyer, ça peut être énervant. De même, commander chez Amazon un DC Absolute Edition paru depuis longtemps, le recevoir sans son carton estampillé et en mauvais état, le retourner, le recevoir encore plusieurs fois sans son carton estampillé et en mauvais état, et finir par se faire rembourser en réalisant qu’Amazon renvoie des retours parce qu’ils n’ont plus aucun produit neuf, c’est un peu gonflant aussi. Et c’est l’inconvénient quand on achète par correspondance, sans voir le produit.

Mais au vu de toute cette propagande qui va vous pousser à acheter par solidarité à des commerçants qui souvent ne comprennent pas le sens du mot, je trouve que c’est de bonne guerre.

Bon, ben c’est pas le tout, mais moi aussi il faut que je gagne un peu d’argent pour financer mes livres. Alors j’ai décidé de monétiser ce blog en devenant Partenaire Amazon. Je vous laisse avec une nouvelle galerie pour les amateurs de comics anglophones. Les versions DC Absolute Edition représentent le haut du panier pour les collectionneurs, et font un excellent cadeau de Noël. Cliquez sur chaque image pour accéder à la fiche Amazon du livre correspondant. On commence avec les deux premiers Absolute Swamp Thing que je trouve particulièrement réussis. Je mettrai à jour cette galerie au fur et à mesure.

Et sur ce, je vous laisse et je pars à la Poste pour valider mon retour…

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.