The Killing Joke

Par solidarité avec ses concurrents, Amazon a accepté de retarder le Black Friday d’une semaine à condition qu’on ouvre les commerces au plus tard le 1er décembre. Le Black Friday aura donc normalement lieu le 4 décembre au lieu du 27 novembre. Bon, évidemment, on imagine d’ici les commerçants dire que si Amazon espère acheter leur confiance de cette façon, ben c’est raté, parce qu’ils détesteront toujours Amazon, et c’est pas demain qu’ils vont enlever le gilet jaune. Du coup je crois que tout le monde est content : Amazon a fait sa bonne action, les commerçants sont toujours contents de détester Amazon parce que fuck you, les commerces vont réellement ouvrir le 1er décembre (c’est prévu depuis le début du confinement…) et les marques sont contentes aussi parce qu’elles ont déjà commencé les promotions. C’est juste que c’est pas écrit Black Friday sur les promotions, donc ça attirera moins de clients, mais les promotions sont bien dispos à partir de maintenant chez tous les revendeurs, en ligne où non. Parce que les commerces de proximité sont bien gentils, Amazon et les autres sociétés de vente en ligne sont certainement très méchantes, mais les marques, elles vous emmerdent tous. Elles ont du stock, il faut le vendre, et c’est tout. Elles ont décidé que les promotions, ça commence maintenant, et pour tous les revendeurs qui peuvent se démerder pour les vendre, alors c’est maintenant, et c’est tout.

Et ça me fait penser que moi aussi il faut que je gagne un peu d’argent pour financer mes livres, dont les versions imprimées sont dispos exclusivement sur Amazon (je commande régulièrement de petits stocks de mes livres sur Amazon à prix Auteur pour les vendre en festival), et comme vous le savez déjà, j’ai décidé de monétiser ce blog en devenant Partenaire Amazon. Mais comme je n’ai pas trop envie de vous vendre n’importe quoi, je ne vais vous présenter que des produits que j’ai déjà, et qui en plus, n’intéresseront pas tout le monde. Comme quoi, je m’y prends un peu comme avec la création des mes livres : je choisis un créneau de niche, je ne fais aucune publicité et je m’étonne ensuite de ne pas vendre grand chose. Je suis incorrigible.

Aujourd’hui, j’ai ajouté à ma galerie DC, Absolute Batman: The Killing Joke (30th Anniversary Edition), par Alan Moore et Brian Bolland. Il s’agit d’un collector complètement exceptionnel parce qu’il contient en réalité les deux versions du one-shot The Killing Joke : la version originale avec les couleurs de John Higgins, et la version remaniée avec les couleurs de Brian Bolland, qui n’était pas totalement satisfait de la première colorisation. Alors c’est étonnant, mais je n’arrive pas à me décider. Certaines pages sont meilleures en version originale, et d’autres sont meilleures en version recolorisée. Un must pour les collectionneurs en tout cas.

Ce qui me fera toujours rigoler avec les livres comme Dark Knight et Killing Joke, c’est qu’à l’époque où je les lisais, les geeks passaient pour des gens qui vivent un peu en sécurité dans leur bulle, avec leurs histoires où tout le monde gagne à la fin, alors que la vraie vie c’est pas comme ça. Et nous, pendant ce temps, on lisait Killing Joke…

L’histoire, bien que reniée par Alan Moore peu après sa sortie, est toujours aussi fabuleuse, et son message sous-jacent est plus que jamais d’actualité. Geoff Johns a tenté maladroitement de reproduire ce même message dans Three Jokers, mais s’est planté aussi lamentablement que dans Doomsday Clock, sa version de la suite de Watchmen. Geoff Johns est un excellent scénariste, mais n’est pas Alan Moore qui veut.

Pour rappel, les versions DC Absolute représentent le haut du panier pour les collectionneurs DC, le format est largement plus grand que l’original, la qualité est toujours au rendez-vous, et ils font un excellent cadeau de Noël.

Je vous laisse donc avec cette nouvelle galerie pour les amateurs de comics anglophones. Comme d’habitude, cliquez sur chaque image pour accéder à la fiche Amazon du livre correspondant.

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.