BD et journalisme

Le journalisme, c’est un sujet hyper-intéressant, que j’ai déjà abordé dans mon premier bouquin, 10 ans de galère. Hyper-intéressant, voir même carrément édifiant ! AUCUN article négatif pour un auteur de BD. Scénariste, dessinateur, coloriste, peu importe. AUCUNE critique. Juste un enthousiasme béat, au point qu’il n’y a strictement aucun intérêt à lire un article sur une BD de nos jours. Les seules critiques constructives que j’ai pu lire sur les BD et les comics, je les ai lues dans Scarce. Et pourtant, j’en ai lu des BD mal écrites, mal dessinées, mal montées en général.

Bon, des articles exagérément négatifs ont commencé à arriver aux USA en 2016 parce que les propagandistes se sont mis à utiliser des sujets controversés pour alimenter leurs blogs en clics en divisant tous les groupes sociaux qu’ils pouvaient trouver (et à l’époque des élections américaines, ils avaient vraiment ratissé large…), mais ce ne sont pas de vraies critiques, et leurs rédacteurs ne connaissent rien au monde des comics, dont ils se foutent d’ailleurs royalement.

Mais en France, rien. Pas une seule critique, et encore moins des catastrophes médiatiques comme on a coutume d’en voir aux USA depuis ces fameuses élections. Le néant journalistique. Soit on adore littéralement une BD, soit on n’en parle pas. Ça ne vous paraît pas un peu bizarre, quelque part ?

Personnellement, j’ai arrêté d’envoyer des dossiers de presse de mes nouveautés quand j’ai compris qu’on ne me répondrait jamais. Trop de travail pour rien. Pour que les auto-éditeurs puissent avoir des articles sur leurs nouveautés, le seul moyen, c’est qu’ils se regroupent et créent eux-mêmes leurs sites d’infos. Mais attendez, dans un tel cas, il n’y aurait aucun article négatif non plus… Je me demande si je ne tiendrais pas un élément de réponse, là…

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.