Les News du jeudi

Ça y est, les beaux jours reviennent ! Les Nouveaux Déprimés vont enfin pouvoir retrouver ce qu’ils appellent La Vie d’avant ! On va tous aller à la plage pour s’entasser les uns sur les autres ! Ça sentira bon la sueur et la crème solaire ! On va recommencer à conduire dans les bouchons et chercher des places pour se garer, puis marcher une bonne demi-heure parce qu’on n’aura pas trouvé, se disputer avec les gens qui veulent passer parce qu’on veut passer aussi et qu’il n’y a pas la place, profiter de cet écho permanent de hurlements divers rythmé par le doux bruit des vagues, essayer de lire un bon livre, puis abandonner parce que le soleil fait trop mal aux yeux même avec des lunettes noires, faire des allers-retours en nageant, s’allonger pour bronzer après s’être tapissé de crème pour ne pas brûler, se prendre du sable dans la gueule à cause des gens qui courent, se reprendre du sable dans la gueule à cause du vent qui vient de se lever, prendre une douche pour nettoyer tout ce bordel, puis rentrer chez soi au ralenti, en klaxonnant et en gueulant parce qu’il y a trop de gens qui rentrent et qu’ils vont pas assez vite… La Vie d’avant. Celle qui nous a tant manquée… 

Quant à moi, je vais enfin repartir en festival. Enfin, dans les festivals qui voudront bien de moi, parce que les libraires ayant bien dégusté à cause du COVID, beaucoup de festivals favorisent maintenant exclusivement les auteurs dont les livres sont dispos en librairie, au détriment des auteurs en auto-édition qui incidentellement, contribuent au manque à gagner des librairies et grands éditeurs. Parce que si on se met à inviter n’importe quel clochard avec un livre, ça risque de nous plomber la Culture, on va se retrouver dans Farenheit 451, tout ça… Enfin moi, c’est ce que j’ai compris… Pour le coup, je me demande si on ne devrait pas aussi virer les bouquinistes, qui ne vendent que des occasions, et ne contribuent donc en rien au paiement des droits d’auteur… Pas bon pour les éditeurs, ça… Et les clients qui se pointent au stand avec uniquement leur Livre d’or pour une dédicace et un moment sympa, tiens !? Après tout, on n’en a pas besoin non plus de ces cons… Dehors, les parasites ! Mais pas partout, parce qu’il y a des festivals qui continuent de m’inviter envers et contre tout.

Prochain festival donc, Vidau’bulles à Vidauban, les 5 et 6 juin, aux côtés de tout plein d’auteurs connus et d’autres moins connus !

Et j’aurai peut-être du nouveau, parce que je bosse sur les nouvelles versions de toutes mes précédentes BD. La première, Rage Fléau des démons 2021, est déjà disponible chez presque tous ses éditeurs numériques (il manque comiXology, mais le livre a été validé, donc c’est juste une question de temps), et la bonne nouvelle, c’est qu’il s’agit d’une mise à jour ! En numérique, elle sera donc gratuite pour tous ceux qui possèdent l’ancienne version ! Et en version imprimée, ben… il faudra racheter le livre. C’est un peu l’inconvénient des versions imprimées. Pour ce premier livre en version 2021, j’ai remonté les bulles, corrigé les fautes, et ajouté de nombreuses aquarelles originales de Thony Silas, au point qu’on est passé d’une soixantaine à une centaine de pages !

Et ce n’est pas tout ! J’ai été contacté par un éditeur numérique concurrent de Youboox, YouScribe ! Le tout premier album de Rage est donc à présent dispo sur YouScribe ! Et toutes les nouvelles versions vont suivre !

J’annoncerai tout ça sur le Rage Website le 6 juin, pour l’anniversaire de Rage. Normalement, d’ici là, la nouvelle version devrait être dispo chez comiXology.

Ben tiens, pour fêter ça, je vous laisse avec une galerie Glyphs Productions :

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.