Rien à dire aujourd’hui…

… mais je vais vous en parler quand même.

Allez tiens, comme Noël approche, et que je suis toujours dans mon trip Frank Miller, j’ajoute Absolute Dark Knight à ma galerie d’achats DC. The Dark Knight Returns, c’est toute mon enfance. Je l’ai découvert à l’époque où j’étais étudiant. Je venais de recevoir mon Trade Paperback qui compilait les quatre numéros du Dark Knight de Miller, mais il fallait bien aller en cours. Alors ben du coup, ben je suis allé en cours. Heureusement, il avait la Loi Devaquet : à l’époque, le ministre de l’éducation venait de créer sa loi à la con (tous les ministres de l’éducation ont leur loi à la con, c’est une tradition en France), des étudiants bloquaient l’entrée de la Fac et voulaient faire la révolution. Alors l’un d’entre eux a essayé de m’expliquer pourquoi ils ne laissaient entrer personne, mais je me suis juste barré au milieu d’une phrase, ne croyant pas à mon bonheur. Et là, je me suis enfermé dans ma chambre, j’ai ouvert grand la fenêtre pour bien laisser entrer le soleil, et je me suis allongé sur le lit pour quelques heures de pur bonheur avec mon Dark Knight Returns.

Comme tous les livres de Frank Miller ou d’Alan Moore, on passe des périodes où on trouve les histoires un peu datées, un peu trop eighties. Et puis, le cycle reprend, on se retrouve en période de troubles sociaux, et tout à coup, elles redeviennent complètement d’actualité.

Vous trouverez dans ce même recueil la deuxième série The Dark Knight Strikes Again, un peu moins réussie au niveau scénario, mais aux dessins complètement rentre-dedans. On aime où on n’aime pas, mais ça reste une expérience.

Ah, et j’oubliais. La réédition est tellement fidèle à l’original que l’éditeur a même gardé les coquilles ! C’est toujours un plaisir de lire cette phrase décrivant la vie de la pauvre serveuse à la page 12 du Livre 2 de Dark Knight Returns, What with the turn-off notice, it was wrong to spend the tip on the pain, se demander ce qu’on n’a pas compris, et finir par se dire que l’auteur a voulu créer un effet, qu’il est parfois un peu excentrique… C’est une super phrase, en plus ! Un peu morbide, un peu sinistre… Du pur Frank Miller ! Sauf qu’en lisant la suite, on réalise que le lettreur a oublié le t de paint…

Comme vous le savez déjà, j’ai décidé de monétiser ce blog en devenant Partenaire Amazon (et je vous emmerde), ce qui me permettra de commander plus facilement de petits stocks de mes livres sur Amazon à prix Auteur pour les vendre en festival, mais aussi de continuer à leur acheter des bouquins super chers que je n’ai pas envie de me procurer en librairie. Les versions DC Absolute Edition représentent le haut du panier pour les collectionneurs, et font un excellent cadeau de Noël. Cliquez sur chaque image pour accéder à la fiche Amazon du livre correspondant. Je mettrai à jour cette galerie au fur et à mesure.

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.