WandaVision, Episode 8

Alors vendredi dernier, avant de regarder WandaVision, je me suis tapé le septième épisode de Servant sur AppleTV+ et vraiment, vous savez pas ce que vous manquez ! L’un des épisodes les plus barrés des deux saisons, avec Boris McGiver (Oncle George !) en roue libre, Ruppert Grint (Julian Pearce et Ron Weasley dans Harry Potter) toujours aussi génial, Nell Tiger Free (Leanne) toujours aussi émouvante, et tous les autres acteurs complètement au taquet ! Ça fait vraiment plaisir à voir !

Et après, je me suis vu WandaVision. Hé ben ça y est, ça avance ! Alors, pour cet épisode, on dirait que pratiquement toutes les théories sont fausses sauf les plus simples. Pour le nom Scarlet Witch, j’avais raison dans mon dernier article. Pour le reste, ça devient bizarre. Apparemment, les sorcières sont en trois couleurs, cette année. Les bonnes sorcières ont un pouvoir qui tend vers le bleu clair/blanc comme celui de Monica Rambeau dans l’épisode précédent, les mauvaises comme Agatha Harkness ont un pouvoir qui tend vers le mauve, et la Scarlet Witch est celle qui a le pouvoir de littéralement créer la vie avec sa Chaos Magic qui tend vers le rouge.

Ah au fait, pour ceux qui ne connaissent pas encore Agatha Harkness (et il n’y en aura pas beaucoup, vu qu’on a tous Internet…), le personnage a été créé dans la série Fantastic Four. À cette époque, Reed et Susan Richards avaient pour habitude de faire garder leur gamin soit par une aveugle (Alicia Masters qui en plus se faisait enlever régulièrement), soit par une sorcière (Agatha Harkness, souvent en danger elle aussi à cause de son fils de merde)… Et c’est vrai qu’à bien y réfléchir, beaucoup d’éléments de Westview rappellent un peu le New Salem de Fantastic Four Annual 14.

Pour en revenir à l’histoire de WandaVision, ça ressemble maintenant à ça : Quelques mois (semaines ?) avant le premier épisode, toute déçue de ne pas avoir pu ressusciter Vision (probablement parce que la Mind Stone était absente de son front), Wanda s’en va sur le chantier de leur future maison à Westview, se tape une crise de nerfs, transforme toute cette banlieue de merde en banlieue idéale de sitcom en piégeant ses habitants dans le rôle de personnages, et arrive finalement à recréer Vision à partir de rien (à partir de rien, mais quand même, l’énergie est bizarrement de couleur jaune, comme la Mind Stone). Tout ce bordel attire Agatha, une méchante sorcière qui voudrait bien savoir comment Wanda arrive à en faire autant. Agatha se présente tout d’abord comme sa voisine dans ses sitcoms, puis finit par lui créer un faux frère pour la pousser à se confier. Apparemment, Agatha n’a pas pu animer le cadavre de Pietro, le vrai frère de Wanda, parce qu’il était trop loin et criblé de balles, donc elle a créé un truc un peu moins ressemblant qu’elle appelle une Crystalline Possession : Pietro n’était qu’une enveloppe inanimée, et chaque fois qu’elle parlait à Pietro, Wanda parlait en réalité à Agatha, ce qui explique toutes les scènes de dialogue entre Pietro et Wanda, et la scène post-générique de l’épisode 7. Quand Pietro surprend Monica, c’est en réalité Agatha qui la surprend. À priori, elle prend le contrôle de Monica quand ses yeux virent au mauve.

Donc, durant toute la série, Agatha regarde Wanda délirer, soit dans son rôle de voisine, soit par l’intermédiaire de Pietro, en essayant d’y comprendre quelque chose (un peu comme nous, quoi…) Dans cet épisode, Agatha va un cran plus loin et lui fait faire une petite ballade dans ses souvenirs pour éclaircir son passé… et semble avoir compris à la fin : Wanda est une Scarlet Witch, quoi que ça puisse être. Et ses enfants ? Ben je suis pas sûr, vu qu’Agatha n’a créé que Fietro (Fake Pietro…). Agatha a l’air de savoir ce qu’ils sont en réalité, mais quoi… on sait pas trop…

De son côté, le Director Hayward, qui finalement ne surveillait Wanda que pour savoir comment insuffler une vie artificielle à la nouvelle version de Vision (parce que Wanda n’a peut-être pas l’air assez dangereuse pour qu’on s’y intéresse), finit par avoir les moyens d’y arriver en utilisant le drone de l’épisode précédent, et anime une version West Coast Avengers par Byrne de Vision en post-générique.

Bref, les choses s’éclaircissent, mais on est quand même loin d’avoir compris grand chose. L’épisode était plutôt touchant, avec cette pauvre Wanda qui a définitivement une vie de merde, sans qu’on comprenne trop pourquoi ça l’avait changée en terroriste dans Avengers 2 (heureusement que l’actrice est excellente), et me conforte dans l’idée que si vous connaissez des fans de sitcom, il ne vaut mieux pas leur conseiller WandaVision… 

Alors, existe-t-il un Fox Universe ? Ben au vu de l’épisode 7, on dirait pas. Tout ce que j’arrive à comprendre, c’est qu’une Scarlet Witch est une sorcière de légende qui arrive à créer la vie à partir de rien grâce à sa Chaos Magic. On a beau dire que les pouvoirs de Wanda seront mieux définis grâce à cette série, ça reste un peu vague…

Comme le disait si bien George Orwell, dans Les malheurs de Sophie, Alors il arrive quand, Doctor Strange ?!

Allez, en attendant le dernier épisode, on se quitte avec une galerie Marvel :

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.