Shang-Chi

Alors, le chantage, ça marche pas avec moi… la plupart du temps. Mais des fois, ben si, ça marche, quand même… Par exemple, quand le président nous dit explicitement Faites-vous vacciner, sinon vous serez obligés de vous faire violer les narines tous les trois jours, je choisis de pas me faire vacciner (même si ça a l’air un peu con, quelque part). Et quand Marvel, me dit explicitement Va au cinéma sinon tu verras ton Shang-Chi dans quarante-cinq jours sur Disney+, ben je vais au cinéma. C’est comme ça. Le chantage, ça marche, mais faut que je sois vraiment motivé…

Alors donc, après avoir vu mon dernier What if sur Disney+ (toujours aussi bien réalisé, mais avec une histoire un peu con sur les bords), je suis allé voir Shang-Chi au cinéma en me disant que j’assisterai au moins à un spectacle sympa (surtout en IMAX 3D. C’est toujours sympa, un film en IMAX 3D). Hé ben c’est tout ce que j’ai eu… Un spectacle sympa en IMAX 3D. Je vous le conseille surtout pour les créatures mythiques chinoises en 3D, complètement géniales, flippantes et marrantes à la fois. Un vrai régal. Et pour le dévoreur d’âmes aussi. Je crois que même dans mes films d’horreur les plus glauques, je n’ai jamais vu un monstre pareil. Horrible. Avec une tronche pareille, on est convaincu qu’il va vraiment vous dévorer l’âme, celui-là, et quand il le fait, on y croit ! Non, vraiment, c’est l’une des créatures immondes les plus réussies que j’aie jamais vu, et je l’ai découvert dans un Disney quand même ! Même dans un Alien, on n’a pas fait mieux ! Ridley Scott peut aller se rhabiller !

Sinon, l’histoire, ben c’est l’histoire d’un héros à qui on a donné une partie d’une clé qui déverrouille le plan d’une cité mythique. Le méchant arrive à piquer les deux clés, entre dans la cité, et libère un monstre. Là, tout le monde se fout sur la gueule, et le gentil démonte le monstre à la fin en se découvrant un pouvoir pour lequel on l’avait entrainé depuis son enfance. Si ça vous rappelle quelque chose, moi aussi… Voilà ce qui arrive quand on essaie de plaire au pays qui rapporte plein de pognon… On finit par créer une histoire complètement banale qu’on a déjà lu mille fois… Alors, on nous dit que c’est moins raciste que les anciens Master of Kung-fu (l’une de mes séries préférées quand j’avais 15 ans), mais le seul perso à connotation raciste de la série, c’était Fu Manchu, et encore… Fu Manchu était un méchant chinois inventé par Sax Rohmer, et le racisme vintage d’époque, il fallait plutôt le chercher dans ses romans que dans les comics Marvel… Ça tombe bien, Marvel a perdu les droits sur le personnage il y a des années, donc plus de problème de ce côté là. Pour les références aux comics Marvel, ben cette fois, il n’y en a pas beaucoup. D’ailleurs, même des références aux vieux Master of Kung-fu, il n’y en a pas beaucoup. On a viré tous les personnages de la partie Espionnage de la série, qui faisaient quand même la moitié de son intérêt, pour ne garder que l’hommage aux légendes chinoise. Quant aux Arts martiaux, l’autre moitié de l’intérêt de la série, pas la peine de chercher trop loin. Donner des super-pouvoirs à Shang-Chi, c’est comme donner des super-pouvoirs à Daredevil autres que son sens radar. Ça ne sert à rien.

Bon allez, je retourne à mes scénarios, et je vous laisse avec une galerie d’indépendants, tiens. Faudra que je la remplisse un peu, d’ailleurs.

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.