News en vrac

Allez on commence les news avec une super nouvelle (pour moi) : J’ai réussi à commander le Marvel Omnibus d’Ultimate Spider-Man avec la couverture de Joe Quesada, et il est arrivé dans un super-état (ce qui n’est pas si évident). C’est exceptionnel parce qu’avec le succès de ce putain de film, les rééditions des Omnibus d’Ultimate Spider-Man se sont retrouvées épuisées avant même leur sortie. Sortir une réédition des Omnibus de la meilleure série Spider-Man après les Amazing Spider-Man de Stan Lee et John Romita était complètement indispensable pour Marvel, mais apparemment, même leurs meilleurs spécialistes en marketing n’avaient pas anticipé un tel engouement.

Par contre, pour la version Slipcase de Something is Killing the Children, ben, ça n’a pas été possible. La première édition est épuisée avant sa sortie, et la deuxième édition (en précommande avant la sortie de la première édition…) a l’air épuisée aussi. Je crois que je vais faire une croix dessus…

Bon, puisque j’en suis à vous recommander des trucs super-chers qui vaudront encore plus chers dans quelques années, autant vous conseiller le nouveau livre de chez Taschen qui compile les Spider-Man de Steve Ditko scannés en version originales (et non pas recolorisées). Quand j’ai commandé le livre, j’ai demandé s’il y avait les pubs originales aussi (le top du top pour le collectionneur), mais je n’ai pas eu de réponse, donc c’est pas sûr. Si ça se trouve, j’aurai une bonne surprise. Je vous tiens au courant.

Et puis évidemment, je me suis regardé Book of Boba Fett aujourd’hui. Le flashback ressemble à un cauchemar de gastro-entérologue (je vous laisse la surprise), et la musique de fin annonce un crossover avec The Mandalorian. J’espère que le niveau va remonter la semaine prochaine…

Et vendredi, c’est le retour de Servant sur AppleTV+ ! J’attends ça avec impatience !

• News COVID : La loi sur le Pass Vaccinal (avec un grand V) a été définitivement votée, et le Conseil constitutionnel a été saisi. Normalement ça ne devrait pas aller bien loin, et la loi devrait suivre son petit bonhomme de chemin, mais on parfois de bonnes surprises. Ceci dit, la condition du Pass vaccinal, c’est la courbe de contamination et des hospitalisations, donc on devrait le voir disparaître en été. Je me demande si je vais arriver à m’incruster dans des festivals pour cet été… C’es pas dit. Je pourrais peut-être en faire un ou deux cette année. En attendant, niveau strictement sanitaire (et non pas politique…) la courbe de contamination se prépare à méchamment tomber. Pour le moment, on en est juste à un ralentissement.

Ah ben tiens, puisque les scientifiques ont fini par me rattraper (et comme prévu, on associe le ralentissement de la courbe de contamination à ce fameux effort collectif dont on nous parle tant), autant reprendre un cran d’avance et essayer de prévoir l’évolution de la courbe. Alors, comme d’habitude, ce sont des prévisions qui ne tiennent pas compte de l’apparition d’un nouveau variant, donc qui risquent de ne pas se réaliser, mais ça tient la route, donc on va pas se priver !

Déjà, autant vous dire comment je peux prévoir la courbe, comme ça, vous pourrez vous amuser vous aussi chez vous à faire vos petits pronostics. Alors avec moi, pas de calculs savants (évidemment), je me sers juste d’indices, de constantes et de variables. À la fin du premier confinement, les bars et restaurants sont restés fermés pendant un certain temps. C’est un indice. Ça signifie que les endroits où l’on mange en public sont les pires foyers de contamination au COVID, quelle que soit la façon dont on se contamine, et qu’en plus, on en est conscient depuis le début. Mais on ne va au restaurant que ponctuellement. En revanche, les cantines, restaurants universitaires et restaurants d’entreprises sont très régulièrement fréquentés pendant la période scolaire, et principalement désertés pendant les vacances. C’est une constante. Et les variants, ben, c’est une variable. Ils font monter la courbe quand on s’attend à une baisse, et la font monter beaucoup trop haut quand on s’attend à une hausse. Et dans le cas d’Omicron, ça monte en flèche, puis ça descend en flèche. C’est comme ça, c’est magique. Les nouveaux variants peuvent donc fausser toutes les prévisions, mais s’il n’y en a pas ou s’ils apparaissent avant mes super calculs savants, les prévisions fonctionnent. Oh, et il y a aussi les vaccins (j’ai failli oublier). Les vaccins sont des constantes qui voudraient passer pour des variables. Ils font baisser la courbe quand la majorité est en primo-vaccination et la font monter quand tout le monde en est au moins à la deuxième dose (et si vous voulez éviter ça, vous n’avez qu’à prendre vos précautions, au lieu d’essayer de vivre avec le virus, comme on dit chez nous…)

Partant de là, on peut délirer sur la courbe de contamination avec toutes les chances de tomber juste.

La courbe de contamination va donc chuter. Pour commencer, elle va s’atténuer un peu, puis baisser de plus en plus vite, jusqu’aux vacances de février, quand les cantines et restos universitaires seront fermés (et qu’il y aura moins de monde dans les restos d’entreprise). Là, tout le monde va en profiter pour se mélanger un peu, mais le plus important, c’est que les cantines et restos universitaires soient fermés : ça va maintenir la courbe à un bas niveau jusqu’en mars. Et là, elle va commencer à remonter lentement… jusqu’aux vacances d’avril qui vont la faire baisser pour les mêmes raisons que précédemment. En mai, ça va remonter, tout le monde commencera à parler d’une éventuelle quatrième dose de vaccin par sécurité (juste pour les hôpitaux. C’est le seul argument qui reste valable), et on essaiera de se convaincre que l’été sera moins favorable au virus, parce qu’il suivra peut-être un cycle saisonnier pour nous rassurer… Tout ça en pleine période électorale. En juin, l’école va progressivement se vider, les vacances pointeront le bout de leur nez, la courbe va encore baisser, et tout le monde va recommencer à se mélanger gaiement jusqu’en septembre, mois pendant lequel la montée progressive, puis de plus en plus rapide de la courbe va devenir franchement inquiétante (et on dira que c’est normal, parce que c’est l’automne…)

Bon, je crois qu’on est calé pour quelques mois, là. Je mettrai à jour ma courbe hypothétique dès l’apparition d’un nouveau variant (s’il y en a un) ou dès la validation d’une nouvelle loi qui va faire monter la courbe alors qu’elle aura été votée pour la faire baisser.

Allez, on se quitte avec une galerie Indépendants US !

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.