Taux de positivité en baihausse !

Ah là, ils ont fait fort au gouvernement ! Tout le monde s’est réuni pour décider d’un confinement… juste avant que la courbe de positivité atteigne un plateau, pour ensuite se mettre à baisser. Vous imaginez les discussions ? À mon avis, ça a donné ça :

– Alors, on confine ou pas?
– Non non, ça va baisser !
– Mais on n’en est pas sûr ! Là, ça monte !
– Garanti, je vous dis ! Ça va baisser, grâce, heu… au couvre-feu à 18 heures qui élimine, heu… l’effet Apéro. Maintenant, il suffit juste de prendre quelques mesures restrictives supplémentaires pour que, heu… pour que ça remonte un peu quelques jours après. Mais pas trop. Un peu.
– Ça va remonter après des mesures plus restrictives ?!
– Oui oui, mais c’est le variant. Les variants. Plein de variants. On est dans la Saison 2. Maintenant, on a les variants.
– On confine pas alors ?!
– Pas la peine ! Ça va baisser.
– Bon, ben on confine pas.

Et le taux de positivité a baissé. En conséquence, la semaine dernière, on a juste eu droit à des mesures plus restrictives, et le résultat… c’est que le taux de positivité repart à la hausse. Probablement pour atteindre un plateau, puis baisser un peu, puis repartir à la hausse, et nous refaire une forme en dents de scie.

Donc, à un moment, quelque chose a été efficace. Mais quoi ? Ben on sait pas. Le couvre-feu peut être ? Ou la campagne de vaccination prudente pour que tout le monde ait bien sa deuxième dose et c’est toute une stratégie et en France on est les meilleurs et je voudrais pas dire mais les pays que je ne veux pas nommer et qui font une campagne de vaccination massive hé ben ils se foutent dedans hahaha et puis on a un petit problème logistique dont on n’a pas à vous parler alors on est dans la merde mais quand même on est les meilleurs…

Du coup on n’est pas confiné pour le moment, donc je me suis trompé sur la progression de la courbe de positivité au moins sur quelques jours (et c’est une bonne nouvelle. Sur ce genre de prévisions, j’aime mieux me tromper, c’est préférable…)

Et donc, le variant super-contagieux, on s’en fout un peu. C’est vrai, on est dans la Saison 2, en plein dans les épisodes des Variants, et ils ont l’air redoutables, mais en fait on s’en fout, puisque la tendance de la courbe de positivité est malgré tout baissière. Avec mon raisonnement (un peu étriqué quand même), la seule réponse, c’est qu’à un certain moment, il y a quelques semaines, on a éliminé un terrain de contamination. Et comme j’identifie presque systématiquement les terrains de contamination avec les lieux où l’on mange en public ou tous ensemble, il y avait probablement un effet Apéro (comme ils disent) bien réel.

Donc, maintenant, les vacances scolaires se profilent à l’horizon, le nombre de tests va encore augmenter cette semaine, on va probablement moins partir en vacances que les autres années (même si on aura tous la surprise de voir des embouteillages sur les routes à la télé, sans trop qu’on sache où tous ces gens se rendent), mais au moins, les cantines scolaires seront fermées dans plusieurs zones. Un autre terrain de contamination qui saute.

À priori, le taux de contamination va continuer de baisser en dents de scie ou atteindre un plateau pendant cette semaine d’augmentation des tests, puis monter la semaine suivante pour le début des vacances… et recommencer à baisser la semaine d’après (en supposant que toutes les restrictions restent en place). La semaine suivant la réouverture de toutes les écoles devrait être caractérisée par un début de hausse du taux de positivité.

Et concernant la courbe de vaccination, quel que soit le pays le plus intelligent, je préfère m’en tenir aux prévisions de George Orwell dans 1984 : On est dans la merde jusqu’en 2022.

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.