Captain Carter

Alors je viens de regarder le premier épisode de What If sur Disney+, et j’ai trouvé ça vraiment très réussi, pour un dessin animé américain. Bon, on est obligé de se taper la musique un peu bateau que les américains consacrent aux dessins animés. Apparemment, la grande musique, c’est toujours pour les films. Les dessins animés, on les confie aux débutants, et quand ils seront grands, ils pourront travailler sur des films, s’ils sont sages. C’est du moins l’impression que j’ai eu, et puis je n’ai pas cherché le nom de l’auteur de la musique d’ambiance. Pas envie.

D’un point de vue technique, c’est hyper bien fait, et on se prend enfin à oublier que tout a été créé en 3D avec un rendu Cel Shading. Le design est excellent, la réalisation du même niveau, et même le scénario et les dialogues sont tout à fait corrects. Ça fait tellement longtemps que je n’ai plus regardé de dessins-animés que je ne m’attendais pas à une telle qualité. Une série à recommander, donc.

Comme, aux dernières nouvelles, on n’a toujours pas besoin de Pass sanitaire pour regarder Disney+, j’en ai profité pour me taper tous les épisodes du Making of du Mandalorian, et je vous les conseille aussi. J’ai l’impression de regarder des bonus de DVD sans avoir affaire à des faux-culs qui prétendent avoir toujours été fans de la franchise alors qu’ils n’en ont rien à foutre. Enfin une série réalisée par de vrais fans ! À conseiller aussi, donc.

Du côté de mes productions, ça avance lentement, mais ça avance quand même. Les pages Noir et Blanc de Rage #6 ont été envoyées à Dijjo Lima pour colorisation, et le livre devrait être terminé d’ici la fin de l’année (je ne peux commander que 3 pages colorisées par mois, donc il va falloir être patient, mais vous avez l’habitude). Les couvertures seront colorisées en priorité, ce qui me permettra de mettre à jour les pages du Rage Website à la fin du mois ou le mois prochain.

Côté Festivals, je ne suis toujours pas vacciné, mais la réglementation du Pass sanitaire s’est assouplie ce dimanche, donc, je pourrai en théorie continuer à participer à tous les festivals qui voudront bien accepter les auteurs indépendants (ceux qui ne rapportent rien aux libraires) du moment qu’ils présentent un test PCR négatif à renouveler tous les trois jours, et je me ferai vacciner quand le vaccin sera rendu obligatoire. En attendant, grâce à la validité des auto-tests, je vais pouvoir continuer mes activités sans devoir payer trop cher pour avoir le droit de travailler.

En théorie. Parce que comme je l’avais prévu, la courbe de contamination continue de monter à un taux alarmant, donc le gouvernement devrait commencer à voter des lois qui conduiront inévitablement à la fermeture progressive des bars et restaurants en automne pendant quelques mois, et à l’annulation de nombreux rassemblements publics comme les festivals.

Comme prévisible, les cantines et restaurants d’entreprise resteront ouverts pour la plupart en automne et en hiver, ce qui va provoquer une baisse de la courbe de contamination en dents de scie au lieu d’une baisse radicale, et on va tout rouvrir en novembre et décembre parce que la courbe de contamination sera considérée comme acceptable du moment que tout le monde prend ses précautions. La courbe remontera progressivement environ une semaine après la réouverture des bars et restaurants, et deviendra très inquiétante environ une semaine après la période des fêtes de Noël et du Nouvel An, quand tout le monde se sera réuni en famille pour faire quelques bons repas.

On nous expliquera que tout ces événements totalement imprévisibles se produisent parce qu’on a un variant très contagieux, et que ça pourrait être pire si on n’avait pas autant forcé sur la campagne de vaccination. Grâce à cette campagne, les gens tomberont moins souvent malades, dans un monde rempli de variants qui rendent plus souvent malade. Donc, la situation sera catastrophique, mais pas catastrophique.

Enfin moi, c’est ce que j’ai compris.

La suite la semaine prochaine. En attendant, pour éviter de vous contaminer (et de contaminer les autres…), achetez Rage en numérique (et à la limite, lavez-vous les mains et ne vous touchez pas le visage, vaccinés ou non…)

Ah ben justement, voici une galerie des épisodes numériques de Rage, tiens !

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.