Affalé devant la télé

Quand je pense que j’avais l’intention de dormir pour récupérer de mes boulots de nuit qui se prolongent la plupart du temps sur des boulots en début de matinée… 

Bon alors à l’heure où j’écris ces lignes, on est mercredi, et aujourd’hui sur Disney+, quand je suis rentré du boulot, je me suis tapé le nouvel épisode de What If, et je me suis régalé ! La réalisation est toujours aussi géniale, mais cette fois, le scénario était au top ! Ça sent même le vécu ! Pas le vécu du gars qui vit dans un HLM et qui invite 2-3 potes chez ses parents de temps en temps, mais le vécu quand même (le vécu d’autres personnes. Mais quand même) ! Et cette fois, on n’est pas chez les Marvel Zombies. C’est même rafraichissant de voir ce que donne une fusion entre l’esprit Marvel et l’esprit Disney ! C’est réellement marrant, et j’ai rigolé de bon cœur (sauf quand mon Chronopost est arrivé en plein milieu de l’épisode. Là, j’ai moins rigolé. Mais bon, ça m’arrive à tous les coups quand je regarde la télé en journée…)

Allez, on continue dans le délire avec les animes de Star Wars ! Je reviens au prochain paragraphe !

Prochain paragraphe

Ouh là, c’est le choc là ! Alors, avant d’aller plus loin, je préfère vous avouer que depuis une vingtaine d’années, je ne regarde qu’épisodiquement des animes. De l’ordre d’un ou deux par an. Et encore.

De mon temps (parce qu’en fait, je suis vieux), je regardais des dessins animés japonais à la télé parce que les dessins animés américains était complètement nuls : un premier plan, un arrière plan et des personnages qui bougent entre les deux, souvent exactement avec les mêmes mouvements pour faire des économies… Les dessins animés japonais (ceux qu’on avait en France, du moins) étaient beaucoup plus travaillés, et avec un immense talent. Premier plan ? Arrière plan ? Persos qui bougent ? Ben on s’en foutait complètement. Parfois, la caméra se baladait juste sur une image fixe, et ça marchait aussi parce que la réalisation était nickel.

Et maintenant, apparemment, les rôles sont inversés. De populaires, les animes japonais sont devenus artistiques (avec tout le côté péjoratif que ça implique), alors que les dessins animés américains puisent dans les techniques des anciens animes pour les adapter à leurs flux de production. Résultat : des épisodes géniaux de What If d’un côté, et des épisodes complètement nuls de Star Wars Visions de l’autre.

Après, je suis sûr que quand on en viendra un jour à exposer des animes dans des musés, les Star Wars Visions auront un succès fou, parce que c’est très arty. Même l’exploitation lamentable de la 3D a l’air d’être un choix artistique au lieu d’un handicap. Dans un musée, ça devrait avoir du succès. Dans une série télé, on attend quand même autre chose…

Allez, j’attaque l’épisode 5, et j’essaie de me taper tout le reste de la série avant que ma femme et ma fille rentrent du boulot (pour avoir la paix. On est toujours en journée), et on se retrouve au paragraphe suivant.

Pagraphe suivant

J’ai terminé Star Wars Visions ! Pratiquement pas un épisode pour rattraper l’autre… À la limite, l’épisode 6 est intéressant au niveau de la réalisation, mais l’histoire est tellement insipide que l’épisode ne présente aucun intérêt. L’épisode 8 paraît le plus moyennement réussi, mais ça vole pas haut… C’est pas pour faire le vieux, mais de mon temps, on avait Animatrix, quand même… Ça, c’était du dessin animé !

Mais ce n’est pas tout. Y The Last Man est également arrivé sur Disney+ ! C’est parti pour un nouveau paragraphe !

Un nouveau paragraphe

Y The Last Man, c’est une série que j’ai lue dès sa parution quand j’avais une vingtaine d’années et que j’ai collectionné jusqu’à sa fin, donc, il fallait que je voie au moins les trois premiers épisodes, en souvenir de ma jeunesse (sans compter que j’adore les scénarios de Brian K. Vaughan). Et le bilan de ces trois épisodes ? Super ! Non seulement l’acteur est fait pour jouer le héros, mais tous les autres persos sont incroyablement ressemblants. Par rapport à mes souvenirs, hein ? Parce qu’à l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai pas encore ouvert mes vieux comics de Y The Last Man. Ce qui est bizarre, c’est que j’ai un peu l’impression de commencer la série par la fin, mais le perso principal part en vadrouille avec l’agent 355 à la fin du troisième épisode de la série TV, donc on devrait pouvoir arriver à reboucler avec les premiers épisodes de la série de comics. Bon évidemment, la série a été complètement réactualisée et ce n’est pas un mal, et les thèmes abordés sont un mix des thèmes actuels et des thèmes de la série, ce qui est encore mieux. Des épisodes à voir au moins par curiosité, donc.

Ah ben mine de rien, on est arrivé à vendredi soir, on est le 24, et Foundation est apparu ce matin sur Apple TV+. Allez, je posterai cet article plus tard. On attaque Foundation, et on en parle dans un dernier paragraphe !

Dernier paragraphe

Ouh là, ça m’a pris du temps parce que j’étais un peu trop crevé, mais j’ai fini par voir les deux premiers épisodes de Foundation. Alors j’aimerais bien vous dire qu’il s’agit d’une superbe adaptation du fameux livre d’Isaac Asimof, mais je ne l’ai pas lu, donc ben, je sais pas. L’histoire a l’air intéressante (d’après des prévisions mathématiques, tout l’empire universel va s’effondrer et il faut établir une colonie sur une planète complètement paumée pour préserver toutes les conneries qu’on a accumulées afin de redémarrer sur de bonnes bases. Enfin, moi, c’est ce que j’ai compris…), et comme souvent avec Apple TV+ (et Disney+), la série ressemble à une superproduction d’une qualité exceptionnelle, et probablement avec un investissement tout aussi exceptionnel. Bref, inutile de s’en passer.

Allez, on se retrouve la semaine prochaine, en espérant que j’aurai enfin quelques news sur mes propres productions ! En attendant, je vous laisse avec une galerie, heu… ben on va se refaire les indépendants, tiens !

A propos Eric Peyron

Eric Peyron n'est un Expert en Rien. Après trois années de Fac dont deux redoublements, Peyron a commencé les petits boulots en intérim pour gagner un peu de blé. Heureusement, inconditionnel de comics en version originale (à cause de la censure et des traductions lamentables de la plupart des versions françaises de l'époque), Peyron est rapidement devenu traducteur d'anglais autodidacte pour des magazines informatiques des années 1990-2000, puis pour de nombreuses sociétés de traduction. Suite au refus par ces mêmes sociétés d'accepter une augmentation de ses tarifs en vingt ans, Peyron a fini par revenir à ses premiers boulots au SMIC, qui paradoxalement, vingt ans plus tard, rapportent plus que des traductions techniques… Actuellement, l'Expert en Tout fait donc de la mise en rayon, des inventaires et démonstrations en grande surface, monte et démonte des stands d'animation, donne des flyers aux passants dans la rue, distribue des prospectus dans vos boîtes aux lettres, et remplace des affiches dans les toilettes des bars et restaurants. De jour comme de nuit. Accessoirement, il est aussi auteur de BD en auto-édition, mais ça, vous le savez probablement déjà. Bref, Peyron est un type qui ne comprend absolument rien à rien, comme la plupart des imbéciles qui se baladent régulièrement sur les réseaux sociaux, mais ça va pas l'empêcher de donner son avis !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.